Le lait de jument Haflinger

Notre petit Tyrolien etend ses aptitudes jusque dans des domaines assez particulier. En effet, Depuis peu, le Haflinger illustre ses capacités dans sa production de lait et les vertus thérapeutiques associées.

Depuis bien longtemps, l'homme a su tirer profit des produits naturels de la jument. Les Peuples Nomades tel que les Mongols, naturellement peuple cavalier, ont toujours su utiliser le lait des juments pour leur consommation quotidienne. En Occident, dès le XIXème siècle, le lait de jument, par sa grande similitude avec le lait maternel humain, faisait aisement office de substitution pour les nouveaux nés. Il était également utilisé pour guérir les maux liés aux problèmes digestifs tel que les ulcères d'estomac, les affections de la vésicule biliaire et du pancréas, les constipations, les gastralgies, etc. Ces qualités lui valurent également d'être conseillé pour la tuberculose, la coqueluche et les maladies respiratoires comme la bronchite et l'athsme. Peu à peu, la pratique disparu durant la première moitié du XXème siècle avant de réapparaitre timidement après la seconde guerre mondiale grace à de nombreuses recherches sur le sujets. Aujourd'hui encore, des études sont menées activement sur le sujet. Cépendant, même si de nombreux médecins commencent à venter les mérites du lait de jument; il semble encore trop tôt pour en tirer des conclusions positives.

Les différentes propriétés bénéfiques du lait de jument s'expliqueraient avant tout par sa composition. Une composition qui le rapproche de celle du lait humain avec un mélange stable dont les substances ne coagule pas. Ainsi, le lait de jument ne peut former de crême tel que celui de chêvre, de brebis ou de vache. Dans un premier temps, la particularité du lait de jument réside dans sa digestibilité. Sa caséine peut-être facilement dissoute par les enzymes digestives du corps. Cette qualité le rend profitable pour les nourissons. De plus, sa faible teneur en protéines, permet de réguler les troubles du foie chez les jeunes enfants en croissance. Outre, chez les enfants, le lait de jument propose des vertus thérapeutiques pour les personnes agées et chez toutes les personnes présentant des faiblesses immunitaires. Il stimule les défenses et limiterait également la progression des symptômes de l'Ostéoporose. D'un autre point de vue digestif, il possède une forte teneur en alpha-lactabumine. Cette particularité permet une meilleure assimilation du lactose et augmente la multiplication cellulaire. En parallèle, sa richesse en cystine favorise la détoxification et ralentit le vieillissement des cellules. C'est ce dernier point qui témoigne des vertues cicatrisantes du lait; de ces qualités en temps que protection de la peau; et de ces actions bénéfiques sur les problèmes respiratoires. Le lait de jument aurait aussi des actions thérapeutiques vis à vis des carences. Il régulerait le déséquilibre du métabolisme en cas de carence en sérotonie. Sa capacité à réduire les doses d'insuline aurait aussi des effets sur l'indice de glycémie. Enfin, la lysosime présente dans le lait permettrait de soigner les aphtes, les rhumes et les infections rhynopharyngées. Pour finir, le lait de jument possède de nombreux avantages dont celui d'être peu allèrgène (faible caséine et bêtalactoglobuline) et d'être, au contraire de nombreux autres laits alimentaires, presque jamais porteur des gênes de la Salmonella et Listeria.

Et le Haflinger dans tout ça?

Eh bien, tout a commençé avec le premier "lactarium" français fondé par William Le Petit et sa fille: "Le domaine de la voie Lactée". Leur objectif fut de produire et de promouvoir sur le marché du lait de jument biologique sous différentes formes. Dès le départ, le choix d'une race se trouva être le point déterminant de ce nouvel élevage particulier. Tout naturellement, par gôut et par passion d'abord, le domaine fit le choix de la race Haflinger. Mais ce choix ne se fit pas complètement au hazard. Le petit tyrolien était déjà reconnu pour sa rusticité; mais aussi pour les qualités de son lait et sa capacité de production. Aujourd'hui, le "Domaine de la voie Lactée", situé dans le nord des Vosges regroupe un élevage de près de 150 haflingers et enregistre une quarantaine de naissances annuelles. Il partage désormais le marché français du lait de jument bio avec "La Laiterie du Haras Haflinger de Bourgogne" à Maizières.

La production de lait de jument reste une activité stricte d'un point de vue sanitaire que ce soit autant pour les humains que pour les chevaux. Conditionnées sous contôle vétérinaire; les laiteries "sérieuses" sont exigentes sur l'hygiène et le bien être des animaux. Le lait est recueilli après les trois premiers mois de tétée afin de ne rien substituer au lien maternel de la poulinière et du poulain. Dès cet instant, le lait est prélevé jusqu'à cinq fois par jour. Immédiatement après la traite, le lait est surgelé à très basse température (jusque -40°C). Il est alors vendu conditionné en congélateur. Une autre partie du lait est lyophilisé. Il s'agit d'une déshydratation douce qui transforme le lait en poudre tout en garantissant les richesses nutritionnelles qu'il contient. Sa conservation est alors plus longue et le transport moins contraignant qu'en congélation. Les produits issus du lait sont essentiellement cosmétiques: savon, lait de toilette, crème, gel douche, baume, etc. autant de produits qui laissent ressortir les vertues thérapeutiques du lait sur la peau. Enfin, le lait lyophilisé peut-être vendu en sachet ou géllule pour les soins biologiques.

Pour plus de renseignements:

 Haras Haflinger de Bourgogne (21)  http://www.laiterie-du-haras.fr

Haras de la Vallée des Haflingers (72) http://www.parallele-vitale.com/

 Haras de la Voie Lactée (57) http://www.jumvital.com et http://www.lavoielactee.fr/

Livre: "Le pouvoir de guerison du lait de jument et son utilisation thérapeutique" par Maike Höffken

 

 

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site

×